Le politique: quel avenir en Europe?

Première session: l'état de nos sociétés politiques

  • Il faut apprendre à maîtriser les médias et particulièrement le média dominant: la télévision. C'est une condition de l'exercice d'une citoyenneté lucide.
  • L'émergence de modes de mobilisation collective qui échappent aux processus politiques traditionnels témoigne d'une exigence de modernité. La sécurité totale n'en reste pas moins un leurre dangereux.
  • La poursuite de changements politiques profonds sans rétablissement de processus de « fabrication » du consensus démocratique est un réel danger.
  • Dans le rapport entre citoyen et politique, l'intermédiation n'est plus assurée par les partis mais par les médias. Le drame est qu'ils le font mal : dramatisation, théatralisation, personnalisation.
  • L'exigence est de s'adapter à un nouveau mode de débat, de reconnaître les limites de la raison, de rechercher le pouvoir d’une raison humble.

Seconde session: légitimité, fondements et avenir du Politique

  • La remise en cause est nécessaire dans la pratique de la politique tant au niveau européen que national. Elle repose sur le souci d’une efficacité au service des citoyens.
  • Les responsables politiques ne doivent pas se résigner à l'impuissance mais choisir un volontarisme lucide et ambitieux. Ils ne doivent pas se limiter à rechercher dans le passé mais accepter de nouveaux enjeux, de nouveaux modes de médiation, de consensus et d'action.
  • Le débat éthique ou moral doit être pluraliste, les églises ne doivent pas en être les seuls acteurs.

Troisième session : faut-il entretenir ou chasser l'illusion d'un monde meilleur ?

  • Examiner la notion de sens mais aussi de finalité. Il faut se méfier des dogmes destructeurs mais accepter des objectifs en veillant à expliciter leur signification et celle des actions qui y concourent. Le discours politique doit être compréhensible qu’il traite de projets ou d'illusions mobilisatrices. Il ne faut pas accepter de laisser croire que l'utopie est réalisable.
  • Comprendre la crise du politique face au vide de cette fin de siècle qu'illustre la fin du projet politique communiste. Cela ne doit pas rendre pessimiste: la démocratie est en expansion.
  • Clarifier le danger des systèmes fonctionnant à partir d'expertises distantes et imaginer des réponses s'appuyant sur l'appropriation de nouveaux outils de dialogues.

Synthèse des travaux

  • Redevenir citoyen et pour cela maîtriser la médiatisation et sa théatralisation
  • Prendre en compte les nouvelles formes d'expression: mobilisations collectives («mouvements de foules non identifiés») et cyber-interactivité.
  • Réfléchir et agir pour retrouver une bonne médiation entre politique et citoyen et trouver de nouveaux processus d'élaboration de consensus.
  • Ne pas se laisser prendre au piège d'un rejet global de la vie politique. Reconnaître les difficultés de l'exercice pour l'élu et soutenir la volonté de retrouver un nouveau volontarisme.
  • Rejeter les dogmes destructeurs, proposer des objectifs en s'attachant à clarifier leur signification et celles des actions qui les accompagnent. Oui au rêve, mais en sachant qu'il s’agit d’un rêve !
  • Parler pour se faire comprendre, refuser l'enfermement dans un discours d'expert
Fichiers annexes
PDF (2397 KB)

Acte 1997 (PDF - 691 KB)



Connexion

Statistiques

Compteur d'affichages des articles
243673

Avec la collaboration

logo_vdl.gif